Des éleveurs partout en France

L’élevage ovin en France compte plus de 21 000 éleveurs ovins professionnels (ayant plus de 50 brebis) et près de 41 000 détenteurs (de plus de 10 brebis) pour un troupeau national de plus 5,7 millions de brebis (plus de 7,4 millions d’ovins).

Les grands bassins de production sont globalement situés dans le sud de la France : Occitanie suivie par Nouvelle-Aquitaine, Auvergne-Rhône Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Même avec un nombre moins important de brebis, une dynamique de production existe dans les autres régions de France.

L’élevage ovin à deux finalités : la production de viande d’agneau et celle du lait. Environ 28% du cheptel national est consacré à la production laitière.

Un contexte favorable pour la production de l’élevage ovin

Aujourd’hui la situation économique évolue favorablement. Après le Royaume-Uni et l’Espagne, la France est le 3ème producteur d’agneaux au niveau européen. La filière ovine française est tournée vers une production de qualité puisque 17% des agneaux et 41% du lait collecté sont vendus sous Signes Officiels de Qualité. Toutefois, la production d’agneaux français est insuffisante puisque seulement 4 agneaux sur 10 consommés sont d’origine française. A travers le programme « Inn’Ovin », la profession travaille satisfaire la demande en agneaux et en lait de brebis, en rendant le métier d’éleveur de brebis plus attractif en terme de revenu et de conditions de travail.

En montagne et dans les zones pastorales, l’élevage se maintient. Il est bien souvent la seule activité économique praticable. Les éleveurs, très attachés à leur terroir où ils produisent des agneaux et fromages de qualité, ont donc résisté malgré les difficultés, et les effectifs de brebis se sont maintenus dans ces zones.

La présence de grands prédateurs (comme le loup, l’ours ou le lynx) dans ces zones d’élevage extensif déstabilise totalement un mode d’élevage basé sur le pâturage en plein air et remet en question sa pérennité. Du fait des attaques subies par leurs troupeaux, les éleveurs sont tentés de changer leurs pratiques, pourtant reconnues pour leur rôle environnemental et la production de produits de qualité. C’est tout un mode de production extensif de produits de qualité qui pourrait disparaître au profit de systèmes plus hors sol.

Mieux comprendre la réalité, c’est nous aider  Soutenez-nous

[social_buttons facebook= »true » twitter= »true » google_plus= »true » linkedin= »true » pinterest= »true » hide_share_count= »true »]